Accueil > Actu > Depuis Lundi 4 octobre, deux hôpitaux de (...)

Depuis Lundi 4 octobre, deux hôpitaux de l’APHP (Tenon et Béclère) sont en grève reconductible

Catégorie : Actu | 0 commentaire(s)


Tenon est situé dans le complexe Nord Est Parisien, déjૠàl’affiche  » pour la fermeture du centre d’IVG, la fermeture annoncée de l’hôpital Trousseau, les restructurations sur Saint Antoine, etc..
Face au manque criant de personnel , dans une 1ère étape, dés le 27 septembre, les services d’oncologie et de radiothérapie se sont mis en grève, et le 4 octobre le mouvement s’est étendu àl’ensemble des services, notamment les urgences, et au personnel ouvrier et administratif. Le personnel dénonce le manque d’effectifs, les suppression de postes, de lits et la fermeture de salles, les horaires variables imposés, les changements d’horaires arbitraires et les conditions de travail déplorables. Signe qui ne trompe pas , le week-end,du 2 au 3 ; les urgences de Tenon ont fermé faute de personnels, et les patients ont été transférés en ambulance sur d’autres hôpitaux.. Seules les urgences pour piétons étaient ouvertes ! Voilàoù mène la politique actuelle Le personnel est sorti dans le quartier, distribuant des tracts au marché Belgrand du mercredi, et organisant une manifestation autour de l’hôpital et de la mairie Jeudi, avec un très bon accueil de la population.

A Antoine- Béclère (Clamart - 92), la colère montait depuis plusieurs mois, làaussi face aux suppressions de postes, mais aussi, motif de la grève, la fusion administrative de l’hôpital Antoine Béclère avec Bicêtre et Paul Brousse avec toutes ses conséquences sur le budget, les postes, et l’autonomie médicale . Une première AG a plus de 200 personnels a eu lieu lundi à9 H en présence des maires de Clamart et de Fontenay aux Roses. Une nouvelle AG, le mardi suivant très combative, a vu la direction venir expliquer que la grève était « illégale et dangereuse  », alors même que le personnel s’était organisé pour que les soins continuent d’être assurés en totalité. Depuis, la grève continue …. Dans les deux cas, la grève est reconductible, en AG journalière à9h, avec blocages de la direction et des services administratifs et d’encaissement par le personnel.

Dans les deux mouvements, les problèmes découlent directement de la loi Bachelot et de ses conséquences pour l’AP-HP, transformant le service public hospitalier avec non plus la priorité àla qualité des soins, mais la production de points d’indices « rentables  » pour l’AP-HP. Ces restructurations auront des conséquences néfastes pour les patients, en réduisant l’offre de soins et allongeant ainsi les délais d’attente pour se faire soigner.





Autres brèves

Toutes les brèves publiés dans cette rubrique


Rechercher sur le site